Le guide pour devenir auxiliaire de puériculture

  • Le guide pour devenir auxiliaire de puériculture

Métier de proximité dans le secteur de la petite enfance, la profession d’auxiliaire de puériculture demande une réelle polyvalence, pour accompagner au quotidien les enfants.

Le site Devenir auxiliaire de puériculture vous guide, pas à pas, pour connaître le métier d’auxiliaire de puériculture.

Cet emploi requiert des compétences et des savoir-faire, quelque soit la structure : maternité, crèche, service de pédiatrie, PMI… La petite enfance est un secteur qui recrute des professionnelles ayant obtenu le diplôme d’Etat d’auxiliaire de puériculture.

Le concours

Le métier d’auxiliaire de puériculture est une profession passionnante, en contact permanent avec les enfants. L’auxiliaire de puériculture a un rôle essentiel au sein d’une équipe pluridisciplinaire médicale ou éducative. Elle s’occupe de l’accueil, des activités, des soins de nursing, de l’entretien des locaux et du matériel.

Elément moteur de l’équipe, l’auxiliaire de puériculture doit être une professionnelle douce et patiente envers les enfants. Un large choix de structures s’ouvre à l’auxiliaire de puériculture : néonatologie, maternité, pédiatrie, PMI, pouponnière sanitaire ou sociale, institut médico-éducatif...

Pour accéder au métier d’auxiliaire de puériculture, le concours est la seule voie possible pour atteindre cet objectif professionnel.

La réussite de ce concours passe par une solide préparation. La candidate peut choisir entre différents types de préparation :

  • Préparation présentielle, en intégrant une classe préparatoire dans un institut de formation.
  • Préparation à distance, en s’inscrivant auprès d’un organisme de formation, pour concilier vie professionnelle, familiale, tout en travaillant pour le concours.
  • Préparation via des livres et annales, en toute autonomie, pour rester libre de son emploi du temps.

Le concours se déroule en plusieurs étapes, avec 3 épreuves (2 écrites et 1 oral) :

  • L’épreuve de culture générale. Durant 2 heures, la candidate est interrogé sur un sujet d’actualité, auquel s’ajoute des questions de mathématiques et de biologie. Notée sur 20, la moyenne suffit pour avoir accès à la 2ème épreuve.
  • Les tests d’aptitude. Epreuve redoutée par les candidates, les tests psychotechniques mêlent à la fois, la logique, le raisonnement, l’organisation, la maîtrise de la langue française et du calcul. Elle demande rapidité et concentration. Suite cette épreuve, la candidate est déclarée admissible ou non.
  • L’oral d’admission. Etape ultime, la candidate doit démontrer ses connaissances sur un sujet donné, face à un jury de professionnels. Elle doit ensuite se présenter et s’exprimer sur sa motivation pour réaliser son projet professionnel. A l’issue de cette épreuve, elle peut être admise au concours et intégrer l’école d’auxiliaires de puériculture, pour suivre la formation et décrocher le diplôme d’Etat.

L’inscription au concours est différente pour chaque école, qui dispose de son propre calendrier pour la clôture des dossiers et les dates d’examen.

Hors délai, la candidature est rejetée d’office. Payant, le montant du concours varie entre 40 et 120 euros.

La formation d’auxiliaire de puériculture
Le métier d'auxiliaire de puériculture

Une fois le concours obtenu, la formation de l’auxiliaire de puériculture se déroule sur 10 mois.

Très dense, la formation initiale se partage entre l’apprentissage du métier en immersion, avec 24 semaines de stages d’immersion en structure et des cours théoriques en institut de formation, avec 8 modules.

Destiné aux professionnels diplômés du secteur sanitaire et social, le cursus partiel permet de valider des modules de formation de manière anticipée, sans devoir passer les épreuves des examens.

Le contrat d’apprentissage ou de professionnalisation offre une possibilité de se former au métier, tout en étant rémunéré. Avec un statut d’apprenti ou de stagiaire, la future auxiliaire travaille au sein d’une structure de la petite enfance durant 18 mois.

Les salariés peuvent bénéficier de la formation continue. Plusieurs dispositifs sont possibles pour bénéficier d’une reconversion professionnelle ou d’une évolution de carrière : CIF, DIF, VAE, bilan de compétences…

La recherche d’emploi et la rémunération
La recherche d'emploi

Suite à l’obtention du diplôme d’Etat, l’auxiliaire de puériculture peut travailler dans différentes structures. L’auxiliaire exerce, soit dans la fonction publique, en tant que titulaire ou contractuelle, soit avec un statut de salariée, dans le secteur privé.

La fonction publique est accessible soit par concours de catégorie C, soit par CDD. Qu’elle soit stagiaire, titulaire ou contractuelle, l’auxiliaire de puériculture assume les mêmes tâches.

Le secteur privé compte un grand nombre d’emplois : association à but lucratif ou non, clinique ou crèche d’entreprise.

Pour décrocher un poste, il est nécessaire de postuler à des offres d’emploi ou d’envoyer des candidatures spontanées, avec un CV et une lettre de motivation.

Pour intégrer la fonction publique ou un établissement privé de santé, un CV et une lettre de motivation type sont à votre disposition, pour répondre à des offres d’emploi, dans le secteur privé.

La rémunération de l’auxiliaire de puériculture est variable selon le secteur. Dans la fonction publique, elle est soumise à des grilles indiciaires. Dans le secteur privé, la rémunération est indexée sur la convention collective à laquelle elle se rattache.