La formation continue de l’auxiliaire de puériculture

L’auxiliaire de puériculture peut améliorer ses pratiques, grâce à des actions de formation professionnelle et peut évoluer au cours de sa carrière.

Tous les 2 ans, un salarié peut demander un entretien pour faire le point sur son évolution professionnelle. A ne pas confondre avec l’entretien annuel, qui porte plus sur une évaluation du travail, il permet de faire le point sur les perspectives d’évolution de carrière.

L’auxiliaire de puériculture peut solliciter son employeur, pour faire un récapitulatif sur son expérience. Ce bilan est proposé automatiquement après une longue absence (congé maladie, parental, de soutien familial…).

Vous cherchez à préparer le concours d'Auxiliaire de puériculture ? Cours Minerve peut vous aider efficacement à obtenir votre concours d’entrée en Ecole. Demandez à recevoir une documentation gratuite ! Etudiez de chez vous à votre rythme et sans contrainte !

Les différentes actions de formation professionnelle

La formation professionnelle continue permet le maintien dans l'emploi, l’actualisation des compétences et l'accès à un niveau supérieur de qualification. Il existe plusieurs dispositifs de formation au cours de sa carrière.

Plan de formation

Au sein d'un hôpital, d'une association, d’un lieu d’accueil de la petite enfance, un plan de formation annuel peut être décidé par l'employeur, en fonction des besoins du personnel. Non obligatoire, cette synthèse planifie toutes les formations sur un an.

Le plan doit proposer des actions visant à une meilleure adaptation au poste ou de développer des compétences. Il est possible de faire des demandes pour participer à une ou plusieurs actions, dans la limite de 80 heures par an.

Droit individuel à la formation

Le DIF permet à l'auxiliaire de puériculture de bénéficier de 20 heures de formation par an. Ouvert aux personnes en CDI avec 1 an d’ancienneté ou en CDD, depuis 4 mois, il permet de choisir une formation pour acquérir une compétence supplémentaire ou même se spécialiser.

Il est possible de capitaliser jusqu'à 120 heures. A sa demande, la salariée choisit une formation avec l'accord de son employeur.

Les thèmes peuvent être vastes : la diversification alimentaire, l'accueil d'un enfant autiste, la musique dans le milieu hospitalier…

Bilan de compétences

Le bilan de compétences peut être un bon moyen pour un salarié de faire un point sur son expérience, ses savoirs acquis durant sa carrière et la dynamique qu’il souhaiterait lui donner.

Durant 24 heures, l’auxiliaire passe des tests et travaille sur son projet professionnel. Il est ouvert aux salariés en CDI avec plus d’un an d’ancienneté ou en CDD qui ont travaillé 24 mois, au cours des 5 dernières années, dont 4 mois durant les 12 derniers mois.

La personne doit avoir l’autorisation d’absence de son employeur ainsi que son financement accordé par l’organisme paritaire collecteur agréé, Opacif.

Il collecte les fonds destinés au congé individuel de formation. Ce dernier va donner son accord et prendre en charge financièrement la formation. Le bilan de compétences peut être l’action de formation préalable au congé individuel de formation.

Accessible sans diplôme
Besoin d'être guidée ?
Demandez à être contactée par un conseiller Cours Minerve par téléphone pour étudier votre situation et recevoir une documentation
L’apprentissage réservé aux personnes de moins de 26 ans
Apprentissage auxiliaire de puériculture

Peu d’écoles proposent des places en apprentissage en France : on compte une vingtaine d’organismes de formation sur plus de 110 écoles, qui ne proposent qu’une dizaine de places par promotion.

L’apprentissage est une formule avantageuse pour réaliser sa formation. La future auxiliaire de puériculture, tout en se formant, peut se constituer une expérience professionnelle solide, ce qui la prépare à la recherche d’un emploi, suite à l’obtention du diplôme.

Durant 18 mois, l’élève a un statut de salarié au sein d’une structure. Elle ne paie pas la formation, car cette dernière est prise en charge par l’employeur. La future auxiliaire de puériculture est rémunérée en fonction de son âge, entre 40 et 85% du SMIC.

Suite à l’obtention du concours, la future élève doit se mettre à la recherche d’un établissement susceptible de l’accueillir en apprentissage.

L’école peut avoir une liste de structures pouvant embaucher des apprentis. Un contrat est signé entre la future auxiliaire et son nouveau lieu de travail.

Une formation en alternance sans condition d’âge
Formation continue auxiliaire de puériculture

Le contrat de professionnalisation est un contrat à durée déterminée égal au temps de la formation. Il est ouvert aux demandeurs d'emploi sans qualification professionnelle reconnue, bénéficiaires de minima sociaux ou de contrats aidés.

Le temps de formation en alternance se partage, de manière égale, entre l’organisme de formation et le lieu de travail.

Basée sur une grille indiciaire, la rémunération est variable, suivant l’âge et le diplôme obtenu avant le début de la formation d’auxiliaire de puériculture (notamment un diplôme de niveau IV comme le baccalauréat).

Pour les personnes âgées de moins de 26 ans, elle est inférieure au SMIC (entre 50 et 85% du SMIC). Si la bénéficiaire du contrat de professionnalisation a plus de 26 ans, son indemnité est supérieure ou égale au SMIC.

L’intérêt d’un contrat de professionnalisation est d’être rémunéré durant sa formation et enrichir son CV, grâce à une expérience professionnelle équivalente à 9 mois.

Cette immersion dans le milieu professionnel est un atout suite à l’obtention du diplôme.

Votre expert du secteur paramédical

Durée de la préparation, méthodologie, mode d’évaluation, facilités de paiement en fonction de votre budget … EN SAVOIR PLUS